CALL FOR PAPERS (also available in PDF format here)

APPEL A COMMUNICATIONS en français plus bas (format PDF ici)

 

Transcultural Production Studies

CinEcoSA Online Seminar Series

 

In Production Studies (2009) and Production Studies, The Sequel! (2016), Vicky Mayer, Miranda Banks, John Caldwell and Bridget Conor asked media scholars from different disciplines to discuss the concept of Production Culture. Media workers are seen as “cultural actors” (2009, 2) whose practices and discourses shape the film industry culture. This approach thus favours a focus on “the lived realities of people involved in the media production” (2009, 4) as well as specific case studies and “grounded data” (2016, x). The institutional context remains a key element to comprehend film realities since a production culture exists in the tension “between individuals’ agency and the social conditions within which agency is embedded” (2016, x). Production Studies rest on two questions: “How do media producers represent themselves (…)? How do we, as researchers, then represent those varied and contested representations?” (2009, 4). Any production culture thus appears as a cultural construct, as an “imagined community” (Anderson, 1983) created by its agents in a context characterized by power issues. While Production Studies focused on North America, The Sequel! examined global issues, in line with the internationalisation of the film industry. The Transcultural Production Studies seminar series will explore the cultural phenomena at the heart of the internationalisation of film production.

 

Viewing Production Culture through an international lens raises new questions related to cultural diversity and cultural exchanges. Each film and television professional can be considered a pluricultural individual whose identity blends two production cultures: one linked to a specific profession within the film industry and one linked to the way cinema works in a specific nation. Globalization has led to more and more film professionals working in multicultural contexts, especially when collaborating on co-productions, runaway productions or globally dispersed productions, with the transnational production flows these entail. Within these multicultural work environments, film professionals face situations of intercultural communication, in which they must deal with cultural codes. Pluriculturalism, multiculturalism and interculturality provide tools to discuss phenomena at the levels of the individual, the context and communication situations. What happens when cultures meet shapes not only each individual’s identity and how they envision it, but also the different production cultures involved. Multicultural work situations thus create a contact zone, where cultures not only influence each other, but also lead to “the consequent creation of new cultural phenomena”, according to Fernando Ortiz, whose concept of “transculturation” was thus summarized by Bronisław Malinowski: “every transculturation (…) is a process in which something is always given in return for what one receives, a system of give and take. It is a process in which both parts of the equation are modified, a process from which a new reality emerges, transformed and complex, a reality that is not a mechanical agglomeration of traits, nor even a mosaic, but a new phenomenon, original and independent” (Ortiz, 1940). In order to comprehend the varied and complex phenomena of cultural exchanges at stake in the internationalised film and television industry, the Transcultural Production Studies seminar series invites scholars to discuss the following question:

 

What processes of transculturation are at play when film and television professionals work in multicultural contexts?

Case studies of transcultural processes can cover a wide range of issues and situations. Four multicultural work environments will be particularly conducive to significant observations:

  • Co-productions

How does co-producing influence the practices of film and television workers? What power imbalances between production companies are brought to light during negotiations and how do these impact creative choices (script, casting, etc.) and organisational decisions (contracts, work organisation, etc.)? Can one draw a portrait of typical models of transcultural co-productions? How does geographical, cultural and/or linguistic proximity impact transcultural co-productions? How does the recent involvement of North America-based digital platforms in co-productions around the world impact work organisation and creative cultures?

  • Globally-dispersed productions

To what extent do host countries change their working practices in order to attract and retain foreign productions? What are the long-term impacts of location shootings on the host country’s professional practices (working hours, communication means, environmental regulations, etc.)? Does the globally-dispersed production model lead to a homogenisation or a fragmentation of practices (production, filming, post-production)? To what extent does it impact the way public policies are designed?

  • Global circulation of film and television professionals

What is the impact of the different types of circulation (expatriation, transmigration, nomadism) on film workers’ practices and cultures? What cultural, geographical, economic and/or political factors appear as significant in global circulation patterns? How important are networks in the decision to work abroad and in the constitution of expatriate professional communities? What is the link between professional competences and international circulation (education, training, linguistic skills, networking, etc.)? What adjustments, tensions and innovations are at play within multicultural film crews?

  • Film festivals and markets

What models of cultural cooperation are promoted through the initiatives organized during festivals, such as training workshops, co-production funds, films markets and forums? How is transculturation visible in the reflexive discourse of festival programmers, directors, producers and audiences? How do festivals and markets, as formal and informal exchange spaces, contribute to the creation of a transnational professional network? What transcultural communities are created through common practices over time?


The Transcultural Production Studies seminar aims to create a network of scholars, identify key issues and open up discussions on research practices. Scholars from all disciplines, specialised in contemporary and historical film industry issues, are welcome.

The seminar series will comprise six online sessions in 2021-2022 as well as panels during the NECS 2022 Conference.

Call for proposals – submission guidelines:
Please include the following points in your proposal (500-800 words, in French or English):
-    a brief presentation of your area of expertise and short biography
-    the cultural interactions and phenomena you observe which are relevant to a discussion on transculturation
-    the epistemological, theoretical and methodological tools you use
-    3 to 5 bibliographical references
Proposals should be sent to transcultural@cinecosa.com and nolwenn.mingant@univ-angers.fr by 30 August 2021.

Seminar led by Nolwenn Mingant (Université d’Angers)

Organising team
Joël Augros (Université Bordeaux Montaigne)
Bérénice Bonhomme (Université de Toulouse-Jean Jaurès)
Patricia Caillé (Université de Strasbourg)
Katalin Pór (Université de Lorraine)
Christel Taillibert (Université Côte d’Azur)
Cecilia Tirtaine (Université de Nantes)
Ana Vinuela (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3)
 
Partners
Création Collective au Cinéma
HESCALE

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Production Cinématographique et Transculturation

Séminaire numérique CinEcoSA

 

Dans leurs ouvrages Productions Studies (2009) et Production Studies, The Sequel! (2016), Vicky Mayer, Miranda Banks, John Caldwell et Bridget Conor ont proposé à la communauté de chercheur.es venu.es de différentes disciplines d’entamer une discussion autour du concept de « culture de production » (Production Culture). Les professionnel.les du cinéma sont perçu.es comme des « acteurs culturels » (2009, 2) qui façonnent par leurs actions et leurs discours la culture de leur milieu. Cette approche privilégie donc une attention aux réalités vécues » (2009, 4) et un intérêt pour les recherches ancrées dans des études de cas ciblées (2016, x). Le contexte institutionnel reste un élément de compréhension de ces réalités car la culture de production existe dans une tension « entre l’agentivité des individus et les conditions sociales dans lesquelles s’inscrit cette agentivité » (2016, x). Au cœur de ce travail se trouvent deux interrogations : Comment les acteur.rices des médias se représentent-iels iels-mêmes ? Comment les chercheur.es parlent-iels de ces « représentations variées et contestées » (2009, 4). La culture de production est donc une construction culturelle, une « communauté imaginée » (Anderson 1983) créée par ses acteur.rices dans un contexte d’enjeux de pouvoir. Si Production Studies se concentre sur des études de cas situés aux États-Unis, The Sequel! ouvre la discussion à l’international, afin de prendre en compte la nature mondialisée du cinéma. Le séminaire « Production Cinématographique et Transculturation » propose de faire des phénomènes consubstantiels à l’internationalisation de la production cinématographique le sujet-même de ses discussions.

 

En envisageant la notion de culture de production dans un cadre mondialisé, de nouvelles questions se posent, qui ont trait à la diversité culturelle et aux contacts entre cultures. Chaque professionnel.le de cinéma apparaît ainsi comme un être d’emblée pluriculturel, dont l’identité croise deux cultures de production : une culture liée à son métier et une culture liée à son pays, la première étant elle-même médiée par la seconde. La mondialisation amène de plus en plus ces professionnel.les à travailler en contexte multiculturel, en particulier dans le cadre des coproductions, des productions délocalisées, et des circulations entraînées par une production mondialement dispersée. Au sein de ces lieux de travail, les professionnel.les se retrouvent dans des situations de communication interculturelles, où iels jouent avec les codes culturels. Pluriculturalisme, multiculturalisme et interculturalité permettent de concevoir l’individu, le contexte et les situations de communication. Ce qui se passe à l’endroit du contact interculturel vient transformer non seulement l’individu dans son identité et la représentation qu’iel s’en fait, mais également les cultures en présence. Le travail en contexte multiculturel des professionnel.les de cinéma vient ainsi créer une zone de contact : non seulement les différentes cultures s’influent mutuellement mais cet échange entraîne « la création postérieure de nouveaux phénomènes culturels » (Ortiz, 1940). Bronisław Malinowksi résume ainsi la notion de « transculturation » proposée par Fernando Ortiz : « toute transculturation est un processus dans lequel on donne toujours quelque chose en échange de ce que l’on reçoit ; c’est comme le dit l’expression, du ‘donnant, donnant.’ C’est un processus dans lequel les deux parties de l’équation sont modifiées. Un processus duquel émerge une nouvelle réalité, composite et complexe ; une réalité qui n’est pas un amalgame mécanique de caractères, ni même une mosaïque, plutôt un phénomène nouveau, original et indépendant » (Ortiz, 1940). Afin de saisir les phénomènes d’échanges cultures complexes et variés en jeu dans l’industrie mondialisée, le séminaire « Production Cinématographique et Transculturation » propose de rassembler des chercheur.es autour de la question suivante :

 

Quels processus de transculturation se jouent lorsque les professionnel.les de cinéma travaillent en contexte multiculturel ?
 
Les études de cas où apparaissent ces processus de transculturation sont multiples. On peut penser à quatre lieux multiculturels particulièrement propices à l’observation :

  • Co-productions

Comment les coproductions influent-elles sur les pratiques des producteurs et du personnel technico-artistique ? Les négociations font-elles apparaître des rapports de pouvoir entre sociétés de production et comment celles-ci affectent-elles les choix en termes de création (choix scénaristiques, casting, etc.) et d’organisation (contrats, organisation du travail, etc.) ? Peut-on parler d’une typologie des modèles de coproductions transculturelles ? La proximité géographique, culturelle et/ou linguistique y joue-t-elle un rôle central ? Le rôle nouveau joué dans le monde par les plateformes étasuniennes en matière de co-production bouleverse-t-il l’organisation du métier et les horizons d’attente créatifs ?

  • Productions mondialement dispersées

Le pays d’accueil doit-il modifier ses habitudes de travail pour attirer et fidéliser les productions étrangères ? Quel est l’impact à long terme de tournages délocalisés sur les pratiques professionnelles du pays d’accueil (temps de travail, modalités de communication, respect de l’environnement, etc.) ? Est-ce que le modèle de production mondialement dispersée entraîne une homogénéisation ou une fragmentation des pratiques (production, tournage, post-production) ? Entraîne-t-il une évolution de la façon de penser les politiques publiques ?

  • Circulation des professionnel.les

Quel est l’impact des différentes modalités de circulation (expatriation, transmigration, nomadisme) sur les pratiques des professionnel.les ? Quels sont les schémas culturels et géo-politico-économiques les plus fréquents de la circulation de ces professionnel.les ? Quelle est la part des réseaux dans les décisions de départ et dans la constitution éventuelle de communautés professionnelles d’expatrié.es ? Quel est le lien entre compétences professionnelles et circulation internationale (formation, compétences linguistiques, réseau, etc.) ? Quels ajustements, tensions et innovations se jouent au sein des équipes technico-artistiques multiculturelles ?

  • Festivals et marchés

Quels modèles de coopération culturelle sont promus à travers les dispositifs associés aux festivals, tels que les ateliers de formation, les fonds de financement à la coproduction, les marchés et les forums de coproduction ? Comment se manifeste la transculturation dans les discours réflexifs des programmateurs, cinéastes, producteurs, et publics des festivals ? Comment les lieux d’échanges formels et informels que sont les festivals et marchés contribuent-ils à la création d’un réseau transnational de professionnel.les ? Quelles communautés transculturelles se créent-elles autour des pratiques professionnelles au fil des rencontres ?

L’objectif du séminaire Production Cinématographique et Transculturation est de créer un réseau de chercheur.es, d’identifier les questions saillantes qui nous rassemblent et d’ouvrir un lieu d’échange autour de nos méthodologies et pratiques. Les chercheur.es de toute discipline sont les bienvenu.es, qu’iels travaillent sur des phénomènes contemporains ou plus anciens.

Le séminaire Production Cinématographique et Transculturation sera constitué de 6 séances en ligne en 2021-2022 suivi d’ateliers lors du Congrès NECS 2022.
 
Appel à communications :
Les propositions de communication (500 à 800 mots, en français ou anglais) sont invitées à suivre le déroulement suivant :
•    Présentation succincte de votre domaine de spécialité et mini-biographie.
•    Quelles interactions culturelles et quels phénomènes relevant du transculturel observez-vous ?
•    Quels outils épistémologiques, théoriques et méthodologiques mobilisez-vous ?
•    3 à 5 références bibliographiques sur lesquelles vous vous appuyez.
Les propositions sont à envoyer à transcultural@cinecosa.com et nolwenn.mingant@univ-angers.fr pour le 30 août 2021.
 

Séminaire dirigé par Nolwenn Mingant (3LAM, Université d’Angers)
 
Equipe organisatrice
Joël Augros (CLARE/ARTES, Université Bordeaux Montaigne)
Bérénice Bonhomme (LARA-SEPPIA, Université de Toulouse-Jean Jaurès)
Patricia Caillé (CREM, Université de Strasbourg)
Katalin Pór (2L2S, Université de Lorraine)
Christel Taillibert (LIRCES, Université Côte d’Azur)
Cecilia Tirtaine (CRINI, Université de Nantes)
Ana Vinuela (IRCAV, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3)
 
Partenaires
Création Collective au Cinéma
HESCALE